“Made in China”: un scénario toujours complexe

Je viens de finir de lire un article d’un journal local qui disait que le “made in China” ne signifie plus la même chose aujourd’hui que dans le passé, soit, des produits à prix réduits et de faible qualité. L’article énonçait que la classe moyenne chinoise s’était développée et que les salaires avaient augmenté, les produits peu chers – en termes de couts et de qualité – se raréfient. Bien que l’article soit dans le juste en ce qui concerne l’évolution continuelle de la qualité des produits chinois, le fait est que le « made in China » est un tableau élaboré et complexe. Un Chinois à dit : yi fen qian, yi fen huo, plus cher est le produit, meilleure est la qualité. Ce mois-ci, nous vous exposons quelques sujets sur l’approvisionnement dont il faut avoir conscience.

Complexité dans les catégories d’articles recherchés:  Bien que la Chine soit connue comme “l’usine du monde”, toutes les usines/sociétés ne peuvent produire un nombre illimité de produits. Cela signifie que si quelqu’un recherche une gamme de produits ou de séries de produits, il risque d’avoir à passer par différents fabricants. Selon les articles recherchés, les fabricants peuvent varier en terme de taille, de capacité, de position géographique, de niveau d’internationalisation, etc … ce qui ajoute à la complexité dans l’approvisionnement.

CAMAL a récemment travaillé sur un projet d’approvisionnement de différents types de boitiers en acier. Les exigences du client étaient tellement diverses qu’il était pratiquement impossible de trouver une usine capable de fabriquer tous les produits. Le résultat a été que nous avons choisi de travailler avec la plus grande usine qui ensuite à sous-traité des parties du projet à d’autres usines. Nous avons négocié pour un contrat où le travail d’assurance de la qualité était fait au niveau de l’usine (avec également une agence de Contrôle de renomée internationale) et la responsabilité pour la qualité était supportée par le fournisseur principal.

Ce genre d’approvisionnement où un fournisseur joue le rôle majeur peut réduire la complexité et les coûts/temps en travail d’audit et permet de consolider le risque et la responsabilité. L’inconvénient est que le prix de la facture finale peut être plus élevé que celle des fournisseurs individuels, mais cela permet de l’alléger en réduisant les coûts de transaction.

Spécialisation des fournisseurs: La spécialisation en Chine atteint des niveaux qui rendraient fier Adam Smith, l’économiste écossais pour qui l’augmentation de la division du travail était la clé pour la prospérité. Il y a des usines, sociétés, et même des villes dédiées à la fabrication d’un simple composant qui peut n’être utilisé que dans un produit dans une industrie d’un seul sous-secteur. Il s’agit d’un approvisionnement à double tranchant. Si quelqu’un ne produit qu’un seul composant, identifier le bon partenaire peut conduire à un accès illimité au composant et assurer une économie de coûts attractive. De l’autre côté, c’est également augmenter la complexité et particulièrement si l’une des parties n’est pas présente en Chine et n’est pas un expert dans l’industrie locale comme la recherche de la bonne usine requiert beaucoup d’investigations et de travail de terrain.

Le nombre de fournisseurs:  Etant donné la taille de « l’usine du monde », les fournisseurs d’un même produit sont en moyenne des centaines voire des milliers ce qui augmente la complexité d’y sélectionner un fournisseur légitime, réputé et fiable.

Un Client récemment avait besoin de se procurer un broyeur pour le traitement minéral. Notre recherche initiale indiquait que plus de 2.500 sociétés pouvaient produire le produit et étaient disséminées à au moins 6 bases de fabrication clés. Les 2.500 incluaient des marchands, fabricants, assembleurs et des fausses entreprises. Avec l’aide du bureau de recherche, des visites aux fournisseurs et des recherches préalables auprès d’experts industriels nous avons été capable de réduire le nombre de sociétés-clés à environ 10. C’est toujours un grand nombre, cela souligne une fois encore la spécialisation de la Chine dans la fabrication.

Finalement, une solution est de considérer lors d’approvisionnement en Chine l’idée de passer par des sociétés de négoce ou non. Les négociants sont essentiellement une boite noire liant le fabricant et l’acheteur et à ce moment-là il pourrait y avoir de multiples parties intermédiaires à une transaction. Une fois encore, le fait que ce soit adapté ou non dépendra du type d’approvisionnement requis, des contraintes de temps et des allocations du budget. Un négociant peut être une solution efficace pour diminuer la complexité et notamment quand il négocie avec les sous-traitant. Toutefois les commissions des négociants peuvent être très importantes et quand bien même certains peuvent refuser de supporter le risque de fabrication. Pour toutes ces raisons en Chine trouver le bon négociant peut impliquer des recherches. Mais cela peut être un partenaire bénéfique en fin de compte.

Cet article est paru à l’origine dans le Chinafrica Magazine, Made in China: encore un scénario complexe